Les amis de Saint Joseph de Boufarik
Interface privée
Version imprimable Version rtf
Vous êtes ici : Accueil > Des nouvelles de France des uns et des autres.

En Pélérinage "sur les Pas de Charles de Foucauld "

Du Dimanche 26 Novembre au Dimanche 3 Décembre 2006

Par deux fois, avec beaucoup d’émotion, j’ai survolé Boufarik sous les nuages, an allant à Tamanarasset pour la 1ère fois. Je veux vous faire partager ma semaine là bas, et comme annoncé, vous donner peut-être l’occasion de vous décider à tenter la même aventure...

Pèlerinage en Algérie sur les pas du Père de Foucauld

SE ressourcer, aller à la rencontre de Charles de Foucauld, marcher dans le désert... C’est pour ces raisons - et sans doute d’autres - que nous nous sommes retrouvés à seize pèlerins, dont notre évêque, fin novembre. Direction Tamanrasset, à 2000 km au sud d’Alger, puis « des Tassilis du Hoggar au Plateau de l’Assekrem », pour une semaine.

L’EXPÉRIENCE DU DÉSERT

Chacun avait en partant « son » image du Sahara, mais ce qui nous a frappés, c’est la diversité du désert : vastes étendues de sable blond, grès érodés, chaos granitiques, pitons volcaniques... Un univers très contrasté, tantôt âpre, tantôt d’une grande douceur avec des jeux d’ombre et de lumière, un sable variant de l’ocre à l’orangé et une flore inattendue parfois, comme ces coulées de fleurs pourpres dans la montée à l’Assekrem. « Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu : c’est là qu’on se vide, qu’on chasse devant soi tout ce qui n’est pas Dieu... ». Un matin, après la lecture de cette lettre du Père de Foucauld, notre évêque nous a « envoyés » dans le désert pour une longue marche silencieuse qu’il ouvrit.

Dormir sous un ciel constellé d’étoiles, ce fut aussi une expérience inoubliable qui nous fit contempler les « merveilles » de la création et entrer en communion avec l’univers, avec les autres, avec Dieu.

LA RENCONTRE AVEC LE PÈRE DE FOUCAULD

Elle s’est faite dès le premier jour à Tamanrasset dans les lieux où il avait vécu. D’abord le Bordj, édifié un an avant sa mort. Non loin de son corps, on avait retrouvé la lunule du Saint Sacrement et les quatre Evangiles, les « deux Tables », celles de l’Eucharistie et de la Parole, si essentielles pour lui. La guide est une jeune musulmane vouant une grande admiration à Charles de Foucauld : tout un symbole ! Puis la Frégate, sa première bâtisse, étroite, commencée en 1905 alors que Tamanrasset n’était qu’un « village de 20 feux en pleine montagne ».

C’est à la fin que nous sommes montés à l’Assekrem (2725 m) en faisant les derniers 6 km à pied et nous sommes entrés avec émotion dans cet ermitage, si étroit aussi, où Charles de Foucauld aura vécu cinq mois. La rencontre avec le Père de Foucauld s’est également faite à travers des membres de sa famille spirituelle : Sœur Marie-Jo, petite sœur du Sacré-Cœur, nous a fait visiter la Frégate ; le Père Antoine Chatelard, petit frère de Jésus, a évoqué une expérience capitale dans la vie de Charles de Foucauld qui lui avait fait comprendre que vouloir tout donner ne suffit pas et qu’il faut accepter aussi de recevoir des autres. A l’Assekrem, nous avons vu les trois petits frères de Jésus dont deux vivent là depuis 25 et 35 ans. Tout en nous offrant le thé, Frère Edouard évoquera leur mission et Charles de Foucauld. Au cours des temps de prière et des célébrations, nous avons mieux appréhendé cette figure exceptionnelle, fougueuse, voire déroutante, et son cheminement spirituel, plus harmonieux qu’il n’y paraît, depuis « l’offrande d’une liberté » jusqu’à celle « d’une pauvreté ».

DES TEMPS SPIRITUELS INTENSES

Temps de prière et célébration eucharistique rythmaient chaque jour. La première, concélébrée par notre évêque avec le Père Chatelard, nous a rassemblés dans la chapelle des sœurs. Ainsi, dès le départ, la famille spirituelle de Charles de Foucauld nous a accompagnés. On a évoqué Sœur Odette Prévost, venue plusieurs fois là. Le jour de notre départ, Mgr Louis lira à la fin de la célébration le texte trouvé sur elle à sa mort ; sur ce sol, il prend une résonance particulière. Nous nous sentons proches de l’Eglise présente en Algérie et, en cette terre d’Islam, nous avons une plus vive conscience de l’importance de la fraternité entre croyants dans le respect des différences. Chaque temps de prière, chaque messe, à l’ombre d’un acacia, dans une « cathédrale » à ciel ouvert, étaient sources de grâces. Les deux messes célébrées dans la chapelle de l’Assekrem furent des temps particulièrement forts. Contemplation des paysages et marche appelaient à la méditation et à la louange. Resurgissaient en nous des passages de la Bible, comme l’épreuve pour les Hébreux de la marche dans le désert du Sinaï et le sens de cette traversée. Pour nous, c’était aussi un lieu de passage et un temps privilégié pour faire la vérité sur soi, vivre une proximité plus grande avec Dieu, être à l’écoute de la Parole.

UN COMPAGNONNAGE FRATERNEL

Compagnonnage avec les membres du groupe : nous n’avons pas pris le chemin seuls, mais fait une démarche collective. Très vite, nous avons appris à nous connaître, chacun s’enrichissant des talents et expériences des autres. Pèlerins, nous avons été un peu nomades, en marche derrière notre pasteur, mais aussi avec lui. Compagnonnage avec nos hôtes à l’auberge-oasis d’Outoul, vrai havre de paix à 20 km de « Tam ». La qualité de leur accueil a tout de suite suscité un échange fructueux. Compagnonnage avec l’équipe de Touaregs dont la présence a été discrète, vigilante et cordiale. Ils étaient heureux de faire découvrir « leur » désert, de nous convier autour du feu pour le rite des trois thés ; la fête offerte à la fin du séjour nous réunit chaleureusement autour de musiques traditionnelles, chants et danses. Auparavant, ils avaient évoqué leur mode de vie et leur sédentarisation inévitable... Mais l’appel du désert reste fort. Nous savons combien le Père de Foucauld était proche des Touaregs dont il avait appris la langue.

Nous avons repris le cours habituel de nos vies. Des paysages, des visages continuent à traverser notre esprit. Nous sentons aussi que ce passage au désert, la marche, le silence ont creusé en nous un besoin de dépouillement, une ouverture à l’essentiel, une soif de rencontres dans une vraie relation de réciprocité, comme nous y invite Charles de Foucauld, le « frère universel ». Des pélerins.





Le vendredi 5 janvier 2007 par Mourot Jean Claude

Dans la même rubrique : Le Mail de Renée Fluck 70/72 pour Budelière WE à Montbéliard Des nouvelles de Renée Fluck 70/72 Août 2006 La "Bande des 4 premiers VSNA", arrivés en même temps à St Joseph en Septembre 64, se retrouve une nouvelle fois. Bientôt Noël les 67-69 en Côte d’Or Meursault bis Un Message du Père Vacher, aux anciens élèves de St Joseph. Meilleurs Voeux pour 2008 et nouvelles En Pélerinage sur les Pas de Charles de Foucauld Michel Thouzeau 66/69 nous a quittés...ce 26/10/2008 Rétropective 2008 Les Voeux d’ André et Michelle Perrocheau Roland Kouar 65/66 nous a quittés à son tour... Après Budelière tous les deux ans, l’ occasion de se retrouver Quelques anciens de St Joseph se retrouvent à Luçon en Vendée Abdelkader-Kamel Ouahioune 67/71 nous écrit. Tous les deux ans d’ anciens enseignants de St Joseph se retrouvent. Roland Merlet 65/66 nous quitte à son tour. Quelques anciens enseignants de St Joseph se retrouvent en Normandie du 29 Mai au 3 Juin 2018 Un témoignage reçu de Abdelkader Kamel Ouahioune 67/71 Tous les 2 ans d’ anciens enseignants à St Joseph de Boufarik se retrouvent. Site sauvé ! ! ! Rencontre pour Montbéliard Remise pour Mai 2021 ! En ce 19 Mars 2021 Jour de St Joseph.
Lahcéne et Jean Claude
A 150 kms de Tamanrasset sur le site d’In Akacheker
Notre lieu pour un bivouac et une nuit à la belle étoile.
Soirée Musique et Fête à Outoul.
Elisabeth, targui d’un soir.
Les morilles aux dires de Nicolas !
Aux sons de l’Imzad et sa seule corde !
et du Tobol
Mustapha, notre guide en chef dans le désert et Mireille.
Soeur Marie Jo devant la "frégate" à Tam
Plein Sud vers le Niger
En route vers l’Assekrem dans le Hoggar
A l’ermitage , la vue de chez les Petits Frères
La messe dans la guelta d’In Houten à 40 kms de Tam.
Jean Claude s’initie à la langue Témacheq.
Répondre à cet article

Spip Site en Kit